Mémoires d’un Trader Perdant

Au moment de l’écriture de cet article, je suis en plein développement de mon plan d’action précis vers l’atteinte de mon défi de devenir régulièrement gagnant en trading. Je crois fortement en ma capacité d’atteindre ce défi, tôt ou tard. De plus, en rassemblant les informations nécessaires (à travers mes lectures notamment (en particulier traders : entrez dans la zone), et en les appliquant lors de mes dernières sessions de trading, j’aperçois la réelle possibilité de réussir.

Et si jamais je réussissais à devenir un trader régulièrement gagnant pour de bon ?
Aussi fou que cela puisse paraître 😉 il faut bien que j’accepte cette éventualité !
Et ainsi, en me sentant parfois effleurer une attitude psychologique qui pourrait être la “bonne”, je me fais la réflexion suivante :
“Jusqu’à maintenant, mon attitude mentale (inadaptée) envers les marchés était assez claire pour moi, et facile à décrire, puisque je la vis tous les jours (ou presque). Je sais à peu près quels sont mes blocages, mes frustrations, mes émotions désagréables, et mes raisonnements erronés. Mais voilà, si j’oubliais tout cela lorsque j’aurais acquis profondément l’attitude, les croyances, et les habitudes d’un trader régulièrement gagnant ? Après tout je n’arrive pas à me souvenir de ce que je faisais mal quand je ne savais pas nager. Il y a un risque de ne pas me souvenir de ce que je faisais mal quand je ne savais pas trader…”

Je me suis alors mis en tête de noter tout cela. L’idée est de garder une trace précise de l’état d’esprit dans lequel un trader perdant peut se trouver. Cela me permettra notamment de mieux comprendre quel chemin j’ai parcouru, et ce que j’ai concrètement changé en moi pour y arriver.

Je vais donc m’atteler à rédiger les “mémoires d’un trader perdant.” Ce texte va reprendre les principaux biais psychologiques (certains par lesquels je suis passé) qui touchent un trader perdant. Je vais essayer de les décrire de manière à ce que je puisse les revivre instantanément. Il faut que je puisse me replonger temporairement dans ce que peut ressentir un trader encore perdant. Pour m’amuser un peu (et oui) je vais rédiger cela sous la forme d’une courte nouvelle. Elle relate de manière parfois un peu théâtrale et émotionnelle, les turpitudes d’un personnage fictif.
Cette initiative est pour moi un pas supplémentaire vers la croyance que je peux réussir. C’est aussi une lettre d’adieu au trader perdant que j’étais, et que je suis peut être en train de ne plus être.
Bonne lecture à vous.

mémoires d'un trader perdant
mémoires d’un trader perdant
Image parPexels de Pixabay

Abandonner le Trading

“Assis sur son canapé confortable, il regardait droit devant lui, dans le vide de son existence immédiate. En cette fin de semaine perdante, comme l’ont été les 5 précédentes, il se laissait aller à un lâcher prise absolu presque agréable, bien que mêlé à un sentiment de désespoir assez profond. Cela faisait maintenant des mois que l’écrasante majorité de ses semaines se terminaient sur une lourde déception : celle de ne pas être à la hauteur, et de ne pas avancer vers son cher espoir. L’espoir de devenir un trader gagnant et pouvoir vivre du trading.
Peut être fallait il abandonner ce rêve fou et allant à l ‘encontre de trop de valeurs inculquées à son petit univers mental ? Il voyait à ce moment précis se profiler la possibilité de tout laisser tomber. Lui qui se pensait si déterminé à ne jamais rien lâcher. Après tout, on lui avait bien dit qu’il est bon de persévérer, mais pas de s’acharner.
Alors voilà, le temps de quelques dizaines de minutes, il s’autorise ce “luxe” d’abandonner. Cela suffit, assez de temps perdu à observer et éplucher ces maudits graphes.

Efforts et Travail en Trading

Mais non ! pas question d’abandonner ! Il a déjà tellement investi dans ce projet fou, tellement perdu et sacrifié, qu’il ne peut plus reculer. Il doit donner, ou au moins essayer, de donner un sens à tous ces efforts. Même s’il doit en crever et s’y perdre éternellement.
Alors on se remet au travail. On n’est que vendredi soir, les marchés ferment certes, mais il y a encore tout le samedi et le dimanche pour abattre un travail salvateur. On n’est pas complètement sûr de son efficacité (quoi que Tom Baldwin dit que les traders perdant ne travaillent pas assez dur non ?), mais au moins on aura mérité de la reconnaissance pour la peine qu’on s’inflige.

Voyons voir tous ces graphes de la semaine passés, avec les annotations soigneusement rédigées. Ressortons toutes les captures d’écran prises goulûment tel un entomologiste collectionnant ses spécimens de mouches. Méditons face à ces statistiques, plus ou moins censées, rassemblées au prix d’un travail de fourmi, chaque jour, fatigué ou pas de la journée passée.
C’est alors que, croulant sous cette somme de tâches pouvant s’accumuler indéfiniment, il se senti comme Sisyphe. Il se rappela ce personnage grec mythique. Il était condamné à pousser une pierre jusqu’au sommet d’une montagne, pour la voir ensuite dégringoler tout en bas, puis devoir recommencer, éternellement. Heureusement la beauté d’une configuration graphique qu’il a sous les yeux à l’écran le délivre de cette pensée trop philosophique. Comment avait il pu manquer cette opportunité ce mardi ?

L’indice allemand avait alors explosé à la hausse, sans aucun signe de faiblesse, comme il le fait si bien. Mais notre Sisyphe du trading était inhibé, comme paralysé. Ses deux pertes conséquentes d’affilée dues à un stop touché la veille y étaient peut être pour quelque chose ?
-Chéri ! on sort avec ton fils ! on t’attend en bas pour que tu nous amènes au parc, il fait très beau !
Mais comment peuvent ils être aussi désinvoltes face à la noble et dure tâche que je m’impose ! Se disait il intérieurement, choqué d’avoir été aussi inopinément expulsé de son monde intérieur.
-Non ! je dois travailler tout le week-end ! faites tout ce que vous voulez mais pour cette fois ci je ne pourrai pas vous accompagner. On fera quelque chose mercredi soir…
Si je gagne….
Mais il avait tout juste murmuré cette dernière phrase, pour lui-même.
Il entendit alors la porte claquer. Sa femme n’avait rien dit, mais il savait parfaitement ce qu’elle pensait. Elle, ainsi que beaucoup d’autres personnes de son entourage, ne comprenaient vraiment rien à cet entêtement absurde. Pourquoi diable restait il enfermé été comme hiver, à s’infliger un travail qui ne menait à rien de toute évidence. Sa femme se désolait même de voir leur vie de famille sacrifiée et gâchée.

Du Relâchement dans le Trading

Jeudi soir, il y a une news importante qui va sortir sur le Japon. Le Nikkei et les paires en yen vont certainement décaler fortement. C’est ce que se dit notre héros en rentrant d’une promenade familiale.
Il aurait pu en profiter de cette promenade, elle était probablement très agréable. Mais ça, il ne peut pas s’en rendre compte, obsédé par l’idée qu’il a juste perdu 3 heures pendant lesquelles il aurait pu trader…
“1 heure du matin, enfin seul, tout le monde est couché. Je peux me prendre une petite bière, et aller voir ce que va donner cette news.” A vrai dire, il n’a jamais vraiment compris pourquoi des rabat-joie déconseillent de trader les news. L’issue de celle-ci semble évidente, pourquoi se priver d’un gain facile ? En plus, c’est l’occasion de compenser le temps perdu à ne pas trader tout à l’heure.
4, 3, 2, 1, la news tombe ! ça monte direct ! il achète !
Les euros s’accumulent dans le gain latent. Le usdjpy explose à la hausse, sans aucun pullback ! Il y avait un spread élevé du fait de la volatilité. Mais il a vite été digéré par la puissance du mouvement. 67 € de gain latent ! wouaaaah ! il encaisse ! il a vraiment bien fait de se mettre le paquet en terme de taille de position. Voilà, en un seul trade il a effacé toutes les petites pertes des 20 trades de la semaine dernière. C’est sûr il recommencera à la prochaine occasion. Là il tient sûrement une méthode que personne n’a repéré (surtout pas ceux qui déconseillent de trader les news).

La Colère du Trader

La rage commence à monter. Muscles tendus, expression haineuse, il suffirait d’un 4ème stop touché en ce mardi matin pour qu’il explose.
-Non…. il ne va pas encore aller toucher mon stop ! Et allez… vas y, sale b….d, de toutes façon je n’attends plus rien d’autre que ça de ta part.
Oui, quand on est passionné, on a le droit de passer par toutes sortes d’émotions, c’est romantique et… passionnel. Et bien notre ami est passionné par le gbpjpy, donc pourquoi ne lui parlerait il pas avec émotion ? il est comme un partenaire de vie, après toutes ces centaines d’heures passées ensemble.
– aaaaaah l’enc….. !!!! il m’a encore eu ! J’en ai marre de ce p…. de b…d de sa r….. !
Il n’a pas envie de se payer un nouvel écran. Donc il se reporte sur le massacre de sa souris qu’il balance contre le mur de toute sa rage.
Un peu effrayant comme réaction non ? Mais ça lui arrive une fois par semaine environ. Il ne peut plus contenir la colère qui monte en lui au fur et à mesure que le marché refuse encore et toujours de lui fournir ce qu’il exige. En fait il se rend compte qu’il a développé une haine contre ces marchés qu’il ne peut pas contrôler. Il a passé tellement de temps à perfectionner son analyse technique. Il devrait donc pourtant la dominer intégralement cette fichue paire du forex ! Mais non, cette espèce de créature informe refuse de se laisser dominer. Elle le met face à son impuissance de simple être humain, et ça le met hors de lui !
Parfois, cependant, épuisé par cette colère intense, il devient doux comme un agneau. Il en vient à supplier l’actif financier de bien vouloir prendre pitié de lui, et lui accorder enfin un petit trade gagnant… s’il te plaît….

Peur et Témérité en Trading

Ce matin, c’est encore avec la peur au ventre qu’il attend que les graphes de l’eurusd s’affichent sur son écran. Il vient de démarrer son logiciel de trading. Ce rituel qui le remplissait d’excitation par le passé, le fait maintenant entrer dans un état de légère angoisse latente. Est ce que la paire de forex va encore le faire souffrir aujourd’hui ? va-t-elle lui confisquer quelques euros supplémentaires ? ou va t elle le narguer avec un mouvement impulsif qu’il n’aura pas réussi à saisir ? le laissant seul avec sa frustration, et son incompréhension des marchés (car il doit bien se rendre à l’évidence…). Mais bon, reprenons le pattern des champions. Il fait sagement son analyse, comme on lui a dit de faire pour gagner. Il a placé ses niveaux, préparé les deux scenari possibles pour la matinée, et ses alertes sont prêtes à le prévenir dès que le prix sort de la zone qu’il a précisément délimitée.
“alerte déclenchée, alerte déclenchée”, la voix robotique de son logiciel le fait sortir de sa torpeur. Elle ne va pas s’arrêter tant qu’il ne réagit pas, l’appelant d’un ton autoritaire à agir, et à prouver qu’il a quelque chose dans le ventre. Mais non, justement, il n’a plus rien. Il devrait être content qu’une opportunité se dessine, mais il était trop bien à attendre pendant que le marché ne faisait rien. Au moins quand il n’y a pas d’opportunité il n’y a rien à faire, et en ne faisant rien il a la garantie ultime de ne pas perdre en trading. Et bien voilà, il l’a trouvée la méthode miracle pour ne plus avoir un seul trade perdant !
En attendant, l’opportunité est bien réelle, et elle se dessine, correspondant au plan de trading soigneusement rédigé. C’est le moment d’entrer, maintenant ! Mais est ce qu’il a bien tout regardé ? il y a certainement un élément qu’il n’a pas vu et qui rend le trade dangereux. Cela lui est arrivé tellement de fois, tout lui semble parfait, il perd, puis ce n’est qu’après coup qu’il voit des signaux évidents que le trade n’était pas à prendre.
Il scrute alors aussi vite qu’il peut toutes les unités de temps, à la rechercher de ce signe forcément existant qui va lui prouver qu’il fait bien de ne rien faire. Mais voilà, en attendant, l’eurusd casse des résistances record, sans lui, encore une fois.
-“c’en est assez !” Cette peur iraisonnée l’a déjà bloqué trop longtemps, et fait perdre trop d’argent. Cette fois il se lance, faisant fi de cette émotion de faibles ! Tanpis s’il doit atteindre les limites de son money management, il est prêt à se salir les mains pour retrouver le courage de trader normalement.
Après une hausse ininterrompue, le prix atteint un point pivot majeur. Cette configuration ne correspond pas à tous les éléments exigés par son plan de trading. Mais après ces semaines de torpeur, il veut de l’action, et bien virile ! alors il vend ce niveau, et se fait stopper. Ce n’est pas grave ! on ne fait pas d’omelette sans casser des stops ! le pullback sur le pivot est bien faiblard, donc ça va corriger. Deuxième vente du même niveau, encore stopée !
Bon, son expérience, et la relative maturité de sa psychologie lui permettent de prendre du recul et de faire une pause après ces deux pertes d’affilée, heureusement. Après être parti 20 minutes se prendre une petite collation en cette heure du goûter, notre guerrier des marchés est de retour, bien décidé à arracher de force un trade gagnant à cette paire de devises. Il aura fallu encore 4 trades pris frénétiquement, dans l’aveuglement d’une surexcitation. Il ne pouvait plus s’arrêter, commandé par une force irrésistible lui enjoignant de prendre un trade à tout prix, encore et encore, tant qu’il ne gagnait pas quelque chose.
Ce n’est qu’après coup, avec 5 trades perdant, puis enfin 1 trade gagnant, qu’il se calme, et prend la mesure des dégâts. Il n’est pas content de lui, et se sent penaud. Ce sentiment lui rappelle ce jour où dans un accès de rage, il a dit à son meilleur ami des choses qu’il ne pensait pas, qui l’ont blessé, et qu’il regrette encore aujourd’hui.

En attendant la journée de trading est fichue, et il va bien falloir se mettre à trader comme il faut un jour ou l’autre… mais est-ce vraiment possible ?

FIN

Qu’avez vous pensé de cette petit nouvelle ? Vous semble-t-elle réaliste ? Je serais ravi d’avoir vos impressions dans les commentaires !

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •